Baromètre de Bourdon & Richard

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cactéristiques

Diamètre : 13,5 cm
Epaisseur : 5,5 cm
Circa 1850

 

 


Description

Ce baromètre est actuellement le seul de ce type dans ma collection d’instruments météorologiques.

Sa particularité réside dans le système permettant la mesure de la pression atmosphérique : il ne s’agit pas ici d’une capsule de vidie, que l’on trouve habituellement, mais d’un tube de Bourdon.

Le tube de Bourdon tire son nom de son inventeur, Eugène BOURDON [1808-1884].

A l’époque, Eugène Bourdon a pour principal concurrent Lucien Vidie (inventeur des capsules de vidie). Il a même essuyé une perte de procès contre Lucien Vidie.

Le tube de Bourdon, en plus d’être utilisé en tant baromètre, est également encore utilisé dans les manomètres, qui permettent de mesurer la pression d’un fluide.

Le tube de Bourdon est l’élément principal du baromètre du même nom, c’est un tube métallique circulaire qui a la spécificité de se déformer légèrement selon la pression atmosphérique. Ce système, une fois monté avec un simple mais ingénieux mécanisme  et un indicateur, peut alors afficher les variations de pression sur un cadran. On obtient le même fonctionnement qu’un baromètre « classique » à capsule de vidie.

Les  baromètres de Bourdon sont beaucoup plus rares que ceux de Vidie, leur prix est donc souvent plus élevé. De mémoire, je n’en ai vu aucun sur un vide-grenier, et ceux que l’on trouve sur les sites d’enchères sur Internet sont vendus à plusieurs dizaines, voire centaines d’Euros… j’en ai encore vu un se vendre il y a quelques jours pour plus de 1100 € !!!

Le modèle présenté ici est relativement basique, et porte les traces du temps, qui l’ont en partie oxydé. Il manque la partie arrière, et le support en bois sur lequel il devait être  fixé. On y trouve des inscriptions indiquant que le Baromètre de Bourdon a remporté la médaille d’or lors de l’exposition universelle de Londres en 1851, soit deux ans après sa création par Eugène Bourdon.

On y voit également le nom « Richard », car le brevet déposé par Eugène Bourdon en 1849 a été cédé par la suite à Félix Richard [1809-1876].

Malgré les manques et l’usure du temps, ce baromètre fonctionne très bien. Lorsque je l’ai acheté, il avait visiblement été démonté et mal remonté, tout le mécanisme était bloqué. Heureusement, j’ai pu le remettre en fonctionnement en nettoyant et en replaçant correctement chaque partie du mécanisme.

 

 


Photos

 

 

 


Vidéo

 


 

 

 


Article rédigé par Michaël Bonnaire


 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s